Christophe Mahy
Christophe Mahy & Jacques Rossbach /

L'infinie présence
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Christophe Mahy


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


Christophe Mahy, L'infinie présence


Christophe Mahy, L'infinie présence
Chaque exemplaire a une couverture unique, peinte à la main par Rossbach.
Patrick FLASCHGO




L'artiste Jean-Jacques Rossbach (assis), le poète Christophe Mahy et Patrick Borgniet (en blanc à gauche).
Photo Patrick FLASCHGO
Prix de la souscription : 108 euros pour un exemplaire numéroté format in-quarto 29 x 29 cm et une réduction en 13 x 13 cm. S'adresser à Jean-Jacques Rossbach, 31 rue de La Martine 08430 Guignicourt-sur-Vence. (tél. 03.24.32.73.06.)
Christophe Mahy / Jean-Jacques Rossbach : L'infinie présence






Revue de presse

  • "L'infinie présence : Christophe Mahy et Jean-Jacques Rossbach", par Alain Dantinne, Marincazaou - Le Jardin Marin, 14/09/2011.

  • "Un livre d'artiste de 5,60 m de long, Rossbach et Mahy restent zen", Patrick FLASCHGO, L'Ardennais lunion.presse.fr, 29/06/2011.

  • "L'infinie présence restera comme une rareté dont le tirage a été limité à 200 exemplaires : sans doute une jubilation pour les collectionneurs, à la fois amateurs de la peinture abstraite de l'artiste de Guignicourt-sur-Vence et de l'art du haïku que développe avec talent depuis quelques années le poète Christophe Mahy, lui aussi ardennais.
    C'est un ouvrage à quatre mains, qui a la particularité de s'étaler sur 5,60 m de long ! Dix doubles pages de 56 cm d'ouverture qui se "lisent" comme un immense accordéon de papier. On peut le déployer complètement comme un chemin de table ou ouvrir chaque double-page l'une après l'autre.
    Quatre haïkus sont disposés dans chaque double-page et entrent en résonance avec la peinture de Rossbach, plus que jamais vigoureuse, dépouillée, éclatante de couleurs… qui fait penser parfois à la gestuelle d'un Miro.
    A mesure qu'on tourne les pages, on se rend compte qu'il y a un "dialogue" évident entre les mots de Mahy, ciselés par petits paquets de trois vers, et les fulgurances résultant des coups de pinceaux de Rossbach. Ce sont deux "écritures" qui se répondent.
    On est là, de part et d'autre, dans un minimalisme absolu. Chaque haïku respecte une métrique syllabique rigoureuse sur le mode 5-7-5. Exemple : Sans une prière/l'hirondelle reconnaît/le chemin du ciel…
    Pas le mariage de la carpe et du lapin
    Un minimalisme très extrême-oriental. D'ailleurs, si le haïku est une forme de poésie née dans le Japon du XVIIe siècle comme une émanation de l'esprit zen, la façon de peindre sur de longues bandes de papier plié est également typique de la peinture japonaise ancienne.
    A l'origine de la naissance de ce "livre-objet" dont la couverture est "bordée" de lamelles de tilleul blond (voulues pour rappeler les cloisons mobiles des intérieurs japonais), la rencontre entre Jean-Jacques Rossbach et Christophe Mahy a été favorisée par Patrick Borgniet, membre du Cercle du bibliophile ardennais et amateur d'art, qui connaissait les deux créateurs et savait qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés ; il a donc été l'étincelle de ce mariage réussi entre leurs deux "modernités" respectives. "Tous les deux ont des antécédents probants...", dit-il en laissant deviner l'estime qu'il a du talent de chacun. "Je savais que ce ne serait pas le mariage de la carpe et du lapin".
    Christophe Mahy est celui qui a tiré le premier. Jean-Jacques Rossbach a peint après s'être longuement imprégné des 32 haïkus de son nouveau partenaire. Acte manqué ou pas, le peintre s'est même cassé une jambe pour être sûr, une fois plâtré, de n'avoir que cela à faire et à penser ! Après un an de maturation, les couleurs ont jailli des tubes et des bombes. Une fois les pages sorties de l'imprimerie (sur un papier de 170 g), c'est le peintre qui a effectué tous les pliages et les collages à la main. Un travail de bénédictin, d'autant que Rossbach a personnalisé chaque exemplaire de son "livre-objet" avec des dessins originaux sur les couvertures et les pages de garde. Chacun des 111 exemplaires numérotés (sur les 200 du tirage total) est donc… unique. Et comporte en outre l'un des 32 haïkus écrit à la main par Christophe Mahy.
    Cerise sur le gâteau, chaque livre souscrit au format 29 x 29 cm est vendu avec une réduction (hors commerce) en 13 x 13 cm mais sans les lamelles de bois… histoire, peut-être, de pouvoir emmener partout avec soi cette "infinie présence" dans sa poche."

    Liens

  • Ateliers de Jean-Jacques Rossbach, par Thierry Delcourt, 21/09/2010.


  • mise en ligne : 31/08/11
    haut de page