Christophe Mahy
Christophe Mahy /

La cinquième veille
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Christophe Mahy


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


Christophe Mahy, La cinquième veille
Christophe Mahy, La cinquième veille,
Maison de la poésie, Amay (Belgique),
collection "L'Arbre à Paroles", 2009, 122 p.
Format 13 x 20.
ISBN : 978-2-87406-436-4
Prix : 15 euros.



dessin de Pierre Buraglio
Dessin de Pierre Buraglio (p. 3)

Maison de la poésie d'Amay (Belgique)
www.maisondelapoesie.com
Christophe Mahy, La cinquième veille
Avant-propos d'Alain Dantinne
A Jean-Claude Pirotte


"Avant les premiers oiseaux qui peut encore veiller ?"
Philippe Jaccottet, Airs


Extrait

D’un temps que j’ai pour utopie de retenir,
il reste la fatigue des bruyères
et quelques journées de soleil pour viatique.

Il est automne et des poussières
dans mon miroir rongé d’oubli :
je hèle un pan de lumière

échappé des saisons floues
et pour réchauffer mes soirées,
il me reste le bleu des forêts

qui fait face à la nuit.
(p. 20)


Avant-propos

C'est une véritable voix qui s'affirme dans ce recueil de Christophe Mahy. Loin des débordements de ré-volte ou de ressentiment, nous assistons à un recentrement de l'être dans sa recherche de maîtrise du temps, dans sa quête d'une lumière : non pas les éblouissements factices et faciles, mais, en creux, le clair-obscur du quotidien.
Christophe prend son quart de poésie et scrute les ciels étoilés pour y trouver des réminiscences de lumière, même si toujours une lueur manque à la nuit. Car, chez lui, la nuit est ambivalente. Il y a ce que Jean-Claude Pirotte appelle l'épreuve du jour, cette peur de la clarté qui aplatit les horizons, réduit les utopies, et ce souci d'accrocher la lumière, celle de l'aube ou de l'automne, pour saisir tout le panache de la vie. Mahy convoque la nuit pour mieux fixer la finitude.
Il convoque de même le silence entre les mu-railles d'une abbaye de solitude, dernier refuge pour sa sensibilité bafouée; son écriture fréquente la mémoire, relie un passé incertain à un futur improbable ou prosaïque. Duplicité du temps qui court à travers la plaine et rattrape une enfance en cavale, mais qui annonce un avenir où, peut-être, murmurent des peuples en exil.
Nous observons la recherche d'une poésie dans ce qu'elle a de plus pur, de plus simple, comme un peintre qui joue, par touches légères, de tons primaires sans artifices, pour mieux capter l'être des choses :
Dans le courant des jours qui passent,
nous noircissons quelques pages de brume
qui n'attendent plus

que le paraphe du temps.
D'ailleurs ses amis ont de la tenue, de la discrétion comme il sied aux vrais poètes. Il les fréquente sous la lampe dans l'intimité d'une lecture. Ce sont Louis Calaferte, Armand Robin, Henri Thomas, Jean Follain ou Henri Calet, des écrivains sobres qui, loin des jeux de mots faciles et des formules tonitruantes, disent la vie humble en quelques phrases justes. D'autres, comme Antonio Machado ou Reiner Kunze, s'insurgent contre l'humaine injustice et l'hostilité du monde. C'est aussi la tristesse ouvrière de Georges Navel et ce temps où tout est perdu d'Armen Lubin. D'autres encore, tel Jean-Pierre Abraham égaré dans son phare, éclairent notre nuit.
La cinquième veille joue sa petite musique, naturellement, et laisse entrevoir les draps tièdes de l'enfance, la cendre apaisée des souvenirs, l'inquiétude d'une route encombrée de génocides, le quotidien dans ce qu'il a de discret ou de débraillé :
La vie a déposé pendant mon absence
un avis de passage.
Alain Dantinne, Avant-propos, p. 9-10.


Sommaire

Avant-propos p. 9
Petite musique de nuit, p. 15
Sous la lampe, p. 31
Lettres d'Orval, p. 55
La cinquième veille, p. 71
Avis de passage, p. 97

Revue de presse

  • Christophe Mahy, La cinquième veille (Frédéric Chef, Marincazaou - Le Jardin Marin, juillet 2009)
  • Christophe Mahy, La cinquième veille (Daniel Remillieux, Marincazaou - Le Jardin Marin, juillet 2009)


  • mise en ligne : 19/06/09
    haut de page