Christophe Mahy
Christophe Mahy & Jacques Rossbach /

La vie clandestine
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Christophe Mahy


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


Christophe Mahy, La vie clandestine

Christophe Mahy, La vie clandestine (récits),
Photographies de Jean-Marie Lecomte,
Louvergny, Editions Noires Terres, coll. Croisements, 2012, 152 p. 30 photos - 18 €
ISBN 978 2 915148 51 0

Editions Noires Terres
8 place Hippolyte Noiret - 08390 LOUVERGNY
www.noires-terres.com
Christophe Mahy : La vie clandestine (Récits)

Photographies : Jean-Marie Lecomte


Dans ces quatorze récits, le lecteur se laisse charmer par la grâce des paysages de Champagne, d'Ardenne, et d'ailleurs. A la lumière d'une poésie omniprésente, Christophe Mahy nous parle de la province, de la vie intérieure, et de la magie de la littérature. Sur ces chemins peu fréquentés, le photographe Jean-Marie Lecomte rehausse sobrement le texte avec de subtils clairs-obscurs.

Avant-propos

Quelque chose se passe

À pas comptés, avec une nonchalance pointilleuse, l'auteur de ces chroniques vagabondes explore un continent. "La Lotharingie a de vastes pouvoirs", observait Dhôtel. Les Ardennes sont ici une Lotharingie rêvée, en somme plus réelle que le réel.
En lecteur sourcilleux, Christophe Mahy convoque à ses côtés Dhôtel ou Rimbaud, Follain ou Guillevic, et quelques promeneurs notoires. En leur compagnie, il s'égare et se trouve, se perd et se reconnaît. Avec lui, nous nous installons dans le moindre paysage, comme si nous y étions nés. Ou bien la table du plus secret bistro, dans les effluves de bières miraculeuses.
Partout l'auteur rencontre et nous dévoile un univers où ce que nous pensions disparu se révèle à nouveau. Ce qui est passé redevient présent. Ce qui est en passe d'advenir se colore d'une nostalgie souriante. Le sentiment de la durée est ici exprimé, les jours s'entrelacent dans un hier et un aujourd'hui réconciliés.
Ainsi nous pouvons entendre encore la voix de Jean Follain, qui fut magistrat à Charleville, et de qui ce poème pourrait servir d'épigraphe aux chroniques de Christophe Mahy :
Appelé mangeur de pierre
un petit ver se repaît de l'ardoise
où il se cache
de minute en minute se resserre
l'étau du temps
les bijoux remués font leur bruit
des fourmis habitent une ruine
toujours se passe
quelque chose.





Revue de presse

  • "La vie clandestine : Textes de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte", par Daniel Remillieux, Marincazaou - Le Jardin Marin, 11/04/2012.
  • "La vie clandestine : Textes de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte", par Frédéric Chef, Marincazaou - Le Jardin Marin, 11/04/2012.
  • "Mahy, le voyageur immobile", Patrick FLASCHGO, L'Ardennais, lunion.presse.fr, 06/04/2012.
  • "Nouvelle collection aux Editions Noire Terres. Une corde de plus à son arc", Patrick FLASCHGO, L'Ardennais, lunion.presse.fr, 17/03/2012.


  • mise en ligne : 11/04/2012
    haut de page