Christophe Mahy
Christophe Mahy /

La vie clandestine
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Christophe Mahy


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


La vie clandestine : Textes de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte

Frédéric Chef



Christophe Mahy, La vie clandestine

Christophe Mahy, La vie clandestine (récits),
Photographies de Jean-Marie Lecomte,
Louvergny, Editions Noires Terres, coll. Croisements, 2012, 152 p. 30 photos - 18 €
ISBN 978 2 915148 51 0

Editions Noires Terres
8 place Hippolyte Noiret - 08390 LOUVERGNY
www.noires-terres.com


Poète du Haut silence - c'est le titre d'un de ses recueils de vers -, Christophe Mahy n'aime rien tant que ces moments qui échappent au tumulte de la vie et à la banalité du quotidien. Il y a un monde soigneusement rangé à côté de l'autre, à lire entre les lignes, à débusquer dans le maquis des journées laborieuses, écrit-il dans l'un de ces quatorze récits qui égrènent ces égarements charmeurs, solutions éventuelles face à cette existence de bétail qui nous est imposée. Ardennais, Christophe est un adepte de la science subtile de l'égarement enseignée par André Dhôtel dans ses récits. Il en a fait la matière de ses pérégrinations, sa flânerie rêveuse à travers les lieux sans gloire, les no man's land confinés, ces terres de secrets bien gardés où se cache le meilleur des jours. Rien ne vaut une promenade du côté de chez soi - je ne suis pas un grand migrateur, écrit notre guide - dans les plis et replis d'un champ de betteraves de la Champagne pouilleuse ou l'examen attentif d'un massif de chélidoine sur un tas de pierres où s'étale la ruine de Rome au gré des fissures.

La flânerie est d'abord géographique. Christophe nous entraîne dans ces lieux propices à la vie contemplative, en vallée de Semois, de l'autre côté de la frontière, pour y déguster religieusement une Rochefort dans un bistrot oublié par le temps. Il rend également visite à un improbable viticulteur ardennais (!) dans l'émerveillement de son jardin aux reflets d'or pâle. Il nous entraîne un peu plus loin, en Bretagne, du côté de Saint-Malo, devant des flots d'émeraude et se réfugie dans le secret des pages de Jean-Pierre Abraham - veilleur de ses nuits et gardien de phare des lettres - quand la mer n'existe pas. Coûte que coûte, Christophe veut dépoussiérer la vitre opaque du monde afin d'en élargir sa vision et la nôtre. Revenu sur le rivage quotidien, il n'est pas satisfait pour autant et opte pour une retraite au sens le plus strict, chez les trappistes d'Orval. Le recueillement qui ne triche pas l'entraîne vers une contemplation sans fin des nuances de lumière selon les heures de légende que fait le temps reclus. Patient, économe des mots et des gestes, il en tirera la matière de vers lumineux et de haïkus à l'inspiration zen.

Depuis toujours, l'auteur de cette vie clandestine bien à lui, cultive le retrait et la lecture des miracles qui semblent bannis de ce monde. Etudiant alternatif dans le maquis rémois, il agissait déjà ainsi, s'émerveillant des rencontres furtives au comptoir du Modern'bar, au nom ironiquement vieillot. Tout est propice à cet éclaircissement de notre univers : les Leçons de ténèbres de Charpentier, les vers de Marie Noël ou le jardin clos de n'importe quelle page inspirée, où miroitent les plaisirs majuscules de ce monde ou d'un autre caché derrière.

Christophe sait malheureusement qu'hormis cette contemplation et cet Usage des jours à la manière de Jean Follain, la sensation d'éternité est paradoxalement éphémère. Il faudra réitérer sans fin cet égarement parmi les signes. La méthode vaut de l'or, elle permet de retrouver par l'écriture et la lecture buissonnières le meilleur de soi-même, car la vie est une illusion éphémère, seule la mer demeure. Rares sont les bréviaires qu'on a envie d'emporter avec soi en tous lieux pour renouer avec la vie émerveillée si loin, si proche. La Vie clandestine, accompagnée des photographies de Jean-Marie Lecomte et d'un avant-dire de Jean-Claude Pirotte, maître des cavales, ravive les couleurs du monde.

Frédéric Chef


La vie clandestine, Textes de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte, Editions Noires Terres, coll. "Croisements", 152 pages, 18 €.
Note de lecture, mars 2012.

>> en savoir plus sur La vie clandestine

mise en ligne : 11/04/2012
POUR CITER CET ARTICLE :
Frédéric Chef, "La vie clandestine : Textes de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte", Marincazaou - Le Jardin Marin, avril 2012,
[En ligne] http://www.marincazaou.fr/cont/mahy/la_vie_clandestine_frederic_chef.html (Page consultée le ).

haut de page