Christophe Mahy
Christophe Mahy /

Thiérache, La grande inconnue
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Christophe Mahy


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


Christophe MAHY, Jean-Marie LECOMTE, Thiérache, La grande inconnue

Frédéric Chef



Thiérache, la grande inconnue

Texte de Christophe Mahy, photographies de Jean-Marie Lecomte Thiérache, La grande inconnue (chronique),
Louvergny, Editions Noires Terres, 2012, 160 p.
25 x 21 cm - 100 photos - 30 €
ISBN 978-2-915148-54-1



Editions Noires Terres
8 place Hippolyte Noiret - 08390 LOUVERGNY
www.noires-terres.com


Que les paysages soient nos royaumes, Christophe Mahy n'en doute pas. La chance lui a été donnée de partir à deux pas de chez lui, en Thiérache, ce pays qui n'existe pas tout à fait. Difficile de fixer les frontières de ce territoire qui emprunte aux Ardennes, à l'Aisne, au Nord et à une partie de la Belgique. D'emblée, le voyageur, qui se défend de cartographier l'espace ou la cause des syndicats d'initiative, se réjouit de constater que cette région, comme tout pays se définit davantage par ce qu'il n'est pas que par ce qu'on veut qu'il soit. La Thiérache est une ligne imaginaire - Maginot avant l'heure - jalonnée d'églises fortifiées entre ciel bas et pâturages, on le sait. Sans capitale, ce pays majuscule n'a pas de chef-lieu : son cœur se déporte entre Nouvion-en-Thiérache et Guise ou peut-être Vervins. Chacun défend l'une des Thiéraches qui est une pièce de son puzzle intime. Le promeneur, toutefois, sait d'instinct qu'il entre en Thiérache : bocage, haies vives blanchies par l'aubépine, peupliers, forêts, ruisseaux taiseux, prairies grasses où s'accrochent les songes d'une Histoire mouvementée au long de cette bordure du temps et de l'espace.

Christophe Mahy se promène entre ciel et terre sur des chemins creux qui ne mènent à peu près nulle part, si ce n'est aux abbayes prestigieuses - ou non - de Saint-Michel, Thenailles, Clairfontaine, Bohéries, Bonnefontaine..., dont les noms sonnent comme des pages d'antiphonaires oubliés. Car il s'agit bien d'oubli et de retrouvailles. L'auteur confesse un penchant assez marqué pour les lieux où, en vérité, il n'y a pas plus à voir qu'à faire. La Thiérache est un territoire caché dans les plis du temps, une sorte de reposoir de l'âme pour qui sait voir, écouter, ressentir. De ce côté-là, Christophe Mahy connaît son affaire, donnant à méditer cette lumière inédite qui baigne des reculées vertes à ne pas croire, où croissent et se multiplient les troupeaux à mesure que l'homme se fait de plus en plus rare. Qu'à cela ne tienne, avec humour, l'auteur évoque les fromages consolateurs, les vrais fromages de Thiérache, ceux qui ont un honneur à défendre, et qu'on ne saurait confondre avec ceux d'une Normandie proche dans la parentèle.

Mais surtout, le vagabond, le promeneux, cherche à lire dans l'immensité extérieure pour aborder aux confins de lui-même. L'auteur se recentre, retourne à l'essentiel : lignes de fuite, nuages et ciel d'où s'échappe une poésie universelle. La contemplation du paysage transforme tout voyageur. Christophe Mahy n'échappe pas à cette puissance mystérieuse de la Thiérache qui est un royaume infini à portée de chemin. Il écrit pour conclure : Alors, devenu moi-même un élément du paysage, au même titre que les ornements pittoresques qui jalonnent la campagne, je quitte un paradoxe de verdure et de silence, dont je me sens décidément plus proche à mesure que je m'en éloigne.

Thiérache, La grande inconnue, Chronique, textes de Christophe MAHY, photographies de Jean-Marie LECOMTE, Editions Noires Terres, 160 pages, 100 photos.
Note de lecture, novembre 2012.

>> en savoir plus sur Thiérache, La grande inconnue

mise en ligne : 20/12/2012
POUR CITER CET ARTICLE :
Frédéric Chef, "Christophe MAHY, Jean-Marie LECOMTE, Thiérache, La grande inconnue", Marincazaou - Le Jardin Marin, décembre 2012,
[En ligne] http://www.marincazaou.fr/cont/thierache_frederic_chef.html (Page consultée le ).

haut de page