Robert Pinget © Minuit
Robert Pinget /

l'auteur / l'oeuvre
retour accueil
marincazaou - le jardin marin

Robert Pinget


accueil | actu | littera,ae | littér@ture | regArts | figures de l'art | phrase du jour | la librairie | une ferme en Chalosse | web pratique | ce site


notice biographique
Robert Pinget est né le 19 juillet 1919 à Genève. En 1930, il commence à jouer du violoncelle. Après des études de droit, il exerce la profession d'avocat pendant un an puis quitte Genève et s'inscrit aux Beaux- Arts à Paris où il est l'élève de Souverbie. En 1950 il expose dans une galerie de Saint-Germain-des-Prés. L'année suivante, il publie un recueil de nouvelles, Entre fantoine et Agapa. Il se tourne définitivement vers l'écriture à partir de 1952 avec son premier roman : Mahu ou le matériau. Il entre en 1956 aux éditions de Minuit avec la publication Graal Flibuste. Robert Pinget a obtenu le Prix des Critiques pour L'Inquisitoire (1962), le Prix Femina pour Quelqu'un (1965). En 1987, Pinget est tête d'affiche du Festival d'Avignon où sont jouées toutes ses pièces. Robert Pinget est décoré de la Légion d'honneur (1982) et de l'Ordre National du Mérite (1989). En 1990, le Grand Prix National des Lettres lui est décerné pour l'ensemble de son oeuvre. Robert Pinget est mort le 25 août 1997 à Tours, quelques semaines après l'exposition et le colloque international qui lui furent consacrés.


l'oeuvre
Robert Pinget a publié aux Editions de Minuit

Entre Fantoine et Agapa
nouvelles 1951
Mahu ou le matériau
roman, 1952
Le renard et la boussole
roman, 1953
Graal Flibuste
roman, 1956
Baga
roman, 1958
Le fiston
roman, 1959
Lettre morte
théâtre, 1959
La manivelle
théâtre [pièce radiophonique], 1960
Clope au dossier
roman, 1961
Ici ou ailleurs
théâtre, 1961
Architruc
théâtre, 1961
L’hypothèse
théâtre, 1961
L’inquisitoire
roman, 1962
Autour de Mortin
dialogues [pièce radiophonique], 1965
Quelqu’un
roman, 1965
Le Libera
roman, 1968
Passacaille
roman, 1969
Identité
théâtre, 1971
Abel et Bela
théâtre, 1971
Fable
récit, 1971
Paralchimie
théâtre, 1973
Nuit
théâtre, 1973
Cette voix
roman, 1975
L’apocryphe
roman, 1980
Monsieur Songe
récit, 1982
Le harnais
carnets, 1984
Charrue
carnets, 1985
Un testament bizarre
théâtre, 1986
L’ennemi
roman, 1987
Du nerf
carnets, 1990
Théo ou le temps neuf
roman, 1991
L’affaire Ducreux
suivi de De Rien, Nuit, Le Bifteck
théâtre [scénarios et pièces radiophoniques], 1995
Taches d’encre
carnets, 1997
cette bibliographie ne mentionne que les oeuvres principales parues en volumes,
la date est généralement celle de l'édition originale,
pour plus de précisions concernant les rééditions, les reprises et les parutions en périodiques on se reportera à la bibliographie la plus exhaustive, celle de Jean-Claude Liéber et Madelaine Renouard dans les actes du colloque de Tours (1997) :
"Le Chantier Robert Pinget", Paris, Editions Jean-Michel Place, 2000.




Le Chantier Robert Pinget est le premier ouvrage collectif consacré exclusivement à l’œuvre de l’écrivain probablement le plus original du Nouveau Roman. Il rassemble les communications présentées au Colloque international de Tours (juillet 1997) auquel Robert Pinget avait participé. La bibliographie présentée ici (œuvres de Pinget et travaux critiques) tend à l’exhaustivité.

Abondamment illustré, l’ouvrage présente des inédits et des manuscrits de l’auteur.

Liste des participants :
Laurent Adert, Roger-Michel Allemand, Ruth Amossy, Mireille Calle-Gruber, Véronique Dalhet, Éric Eigenmann, R. Guimaraens, Aneesa Higgins, Debra Kelly, Eugenia Leal, Jean-Claude Liéber, Jiri Pechar, John Phillips, Anthony Cheal Pugh, Hélène Rampf-Amoroso, Madeleine Renouard, Felizitas Ringham, Jean Roudaut, Clothilde Rouiller, Pierre Taminiaux, Amancio Tenaguillo Y Cortázar, Jean-Pierre Tolochard, Béatriz Vegh, Eva Waibel

Compte rendu de lecture :
"Denses et intéressants, ces actes d’un colloque mené à Tours en 1997, peu avant la mort de l’écrivain suisse, parcourent avec rigueur et scrupule une œuvre exigeante. Une vingtaine de communications précises en forment l’armature et ménagent entre elles de nombreux échos. Cherchant à en définir le ton propre, Mireille Calle-Gruber, Eugenia Leal, Véronique Dhalet, Felizitas Ringham ou Béatriz Vegh insistent sur les hésitations d’une parole qui semble toujours se récuser, optant pour le signal plutôt que la parole, pour la lettre non envoyée, l’imperfection, etc., bref, qui érige le « quant-à-soi » en mode d’être. Pierre Taminiaux montre que l’opposition axiologique entre faire et ne pas faire perd son sens quand, l’écriture se voyant dépouillée de toute efficace référentielle ou héroïque, divertissement et désœuvrement ne font qu’un. John Philips étudie l’inconscient collectif et personnel à l’œuvre dans le récit érotique Fable et Ruth Amossy révèle les liens entre discours social et autoréflexivité. Pour l’intertextualité, les échos de Cervantès fournissent à A. Tenaguillo y Cortázar l’occasion d’une belle étude sur la lecture et la reprise comme vol de l’écriture, tandis que Monsieur Songe entraîne Laurent Adert vers l’aïeul Teste. Clothilde Roullier se saisit du motif du château pour enquêter sur la genèse et l’architecture des textes, dont Aneesa Higgins montre qu’ils conservent un mouvement d’oscillation entre structure et chaos. Enfin, les derniers articles se consacrent au théâtre de Pinget dans ses rapports à la scène, à la caméra, à la radio, etc. Puis viennent une série d’inédits : des historiettes absurdes (filiations complexes, culture d’un champ de blé en appartement, etc., qui rappellent curieusement le russe Daniil Harms), un bref dialogue en jargon de linguiste, un texte tendre sur Marie-Madeleine « canonisée pour faire endêver les punaises de sacristie », une lettre à Beckett, etc. Une bibliographie impressionnante complète le volume. Le tout est rythmé par une iconographie abondante (photographies, œuvres graphiques de Pinget, frontispices de certains livres rares de sa bibliothèque, clichés de manuscrits, affiches des pièces, etc), dont, seul bémol, on regrette la piètre qualité, les images souffrant d’un mauvais détramage. Mais cela reste un défaut mineur dans un excellent ensemble, dépourvu, le fait mérite d’être noté, de ces articles thématiques planplan qui meublent trop de colloques monographiques." (Histoires littéraires n° 6)


Robert Pinget a publié chez d'autres éditeurs

Cette chose
[dialogue entre le peintre et l'écrivain]
avec dix eaux-fortes de Jean Deyrolle
Denise René Editeur, 1967
(repris en 1990, Deyrolle Editeur)

De rien
[pièce radiophonique]
avec lithographies d'Eduardo Arroyo
Editions Maeght, 1992

Gibelotte
[récit en image]
en collaboration avec Matias
éditions Jean-Michel Place, 1994

haut de page