ZOOM


Revue d'Etudes Esthétiques


Accueil | Prochains numéros | Soumission d'articles | Tous les numéros | Commander | Liens | Fil de l'info
Google
>> Accueil




Figures de l'Art n° 22 - Entre code et corps :
Tableau vivant et Photographie mise en scène

Téléchargements | Commande | Tous les numéros


Figures de l'art 22 - Entre code et corps : Tableau vivant et Photographie mise en scène
Téléchargement :

SOMMAIRE
>> télécharger le PDF


Entre code et corps :
Tableau vivant et Photographie mise en scène


Sous la direction de Christine Buignet et Arnaud Rykner


Des tout premiers tableaux vivants du XVIIIe siècle (développant l’art des « poses plastiques » initié par Lady Hamilton) aux photographies mises en scène du XXIe siècle (poursuivant elles-mêmes l’exemple du célèbre Autoportrait en noyé d’Hippolyte Bayard en 1840), des problématiques communes se font jour : codes de représentation (décors, scène fortement théâtralisée, gestuelle précise, accessoires, éclairage…), emprunts à divers médiums (récits littéraires, peinture, pantomime, etc.), part de l’intentionnalité qui préside à leur construction, rôle accordé aux corps qui peuplent la scène ou l’image scénographiée...

Le tableau vivant comme la photographie mise en scène se jouent dans l’écart nécessaire qu’ils organisent entre un plan de référence (qui permet une reconnaissance initiale du sujet) et une plus ou moins forte émancipation (qui assure leur nouveauté, leur singularité, voire leur subversion), fondant leur dimension artistique. On peut ainsi parler à leur égard de véritables dispositifs de représentation, qui articulent codes culturels et ruptures, décors figés et irruption de corps suggérant l’imminence du mouvement, mais aussi intentionnalité et surgissement pulsionnel (qui peut atteindre l’auteur et le récepteur). Ils ménagent la surprise ou le doute, ils inquiètent, dérangent, ravissent, souvent aux marges des spectacles officiels, des images acceptées.

La dimension théâtrale du tableau vivant ne lui a pourtant pas donné vraiment droit de cité sur les planches ; quant à la photographie mise en scène, même si les occurrences en furent multiples, elle a été longuement ignorée en tant que telle (quand ce n’était pas rejetée) par les théoriciens et les critiques de la photographie, qui voyaient avant tout dans le médium sa propension à témoigner de réalités environnantes. L’ère des flux et hybridations de toutes sortes permet aujourd’hui la pleine reconnaissance de ces pratiques intensément vivantes et polymorphes.

Cet ouvrage alterne réflexions théoriques et études de cas, suivies de trois entretiens avec des auteurs de photographies mises en scène et d’un portfolio.

Textes de Claude Amey, Jean Arrouye, Christine Buignet, Yannick Butel, Laurent Darbellay, Michelle Debat, Marek Debowski, Michèle Galéa, Daniel Grojnowski, Frédéric Guerrin, Carole Halimi, Danièle Méaux, Pascal Navarro, Francesco Panese, Lori Pauli, Muriel Plana, Valentine Robert, Arnaud Rykner, Serge Tisseron, Elise Van Haesebroeck, Bernard Vouilloux ; entretiens avec Bachelot Caron, Alain Bernardini, Sandy Skoglund (par Anne-Line Bessou).






Figures de l'Art n° 22 - 28 euros - 352 pages

© PRESSES UNIVERSITAIRES DE PAU ET DES PAYS DE L'ADOUR (PUPPA)
Institut Claude Laugèrie
Domaine Universitaire
Avenue du Doyen Poplawski
64000 Pau
www.presses-univ-pau.fr

ISBN 9782353110315
ISSN 1265-0692







© Bernard Lafargue pour Figures de l'Art
© Site créé et administré par Amancio Tenaguillo y Cortázar - Tous Droits Réservés.
Mise en ligne 30/03/2002 - Hébergé sur Marincazaou-Le Jardin Marin
Webmestre